regards croisés — Parrain 2017

Stefan Grippon, La Réunion

« Un œil ouvert, l’autre fermé. Une dose de rêve sur une part de réalité. »

Photographe résolument « social », Stefan chronique l’ordinaire en essayant de trouver dans celui-ci « l’anecdote, l’incongru, l’absurde qui révélera la poésie de la scène ». Le cadre est là, il n’y a plus qu’à trouver la photo. Parfois elle s’impose, parfois il faut la chercher. C’est un jeu ou il faut constamment être sur le qui-vive pour mieux se laisser surprendre. Il photographie des sentiments, le temps, le hors-champ et invente ses propres histoires. « Dans ces histoires, il y a forcément des gens. Des proches, des moins proches, des patrons, des salariés, des chômeurs, des charlies, des charlots, des handicapés, des cons, des inoubliables, des fées, des pleins d’tune, des sans tune ». La photographie est un support vecteur de liens, de réciprocité, d’intégration et de mixité.

 

#Approche sensorielle

Stefan intervient auprès de différents publics, jeunes ou moins jeunes. En 2013, en parallèle d’un travail personnel sur la déficience visuelle, il propose à des personnes aveugles et mal voyantes de faire des photos. D’autres artistes sont intervenus et ce projet a donné naissance à la Passerelle des sens, une installation interactive et multi-sensorielle mêlant photo, témoignage sonore, univers tactile et olfactif, accessible autant par des déficients visuels que des voyants.

« C’est à nous artistes, citoyens, de nous engager et faire en sorte que les mentalités changent. » J’estime que notre travail doit, bien sûr, nous permettre de nous épanouir individuellement mais nous avons aussi le devoir de nous impliquer dans une démarche collective. »

www.stefangrippon.com

#Social/#Vivre ensemble