regards croisés — Parrain 2017

Michel Forêt, Mayotte

Après la publication de deux ouvrages en couleur « Mayotte, entre ciel et océan » et « Anjouan la mystérieuse », il publie cette année « Maore, mudu & mzungu ». Un ouvrage de 140 pages en noir et blanc retraçant six années de photos à Mayotte.

La passion pour la photographie de Michel, infirmier à Mayotte, date de son adolescence, le jour où son père lui a offert son vieux boitier réflexe et six objectifs. « C’est ce jour-là que j’ai trouvé dans cette mallette un véritable trésor. J’ai compris que la photo était une question de changement d’angle de vue et qu’il suffisait de changer de focale pour capturer la lumière et l’instant tel que l’on avait envie de le montrer. »

 

#A la croisée des regards

#Grandeur et démesure

Pour lui, la photo est l’art le plus populaire du monde, et il tient à la partager. Ses expositions circulent gratuitement dans les établissements scolaires de Mayotte, il a également exposé aux Comores. Très attaché à certains univers particuliers et à la sensibilité artistique de chacun, il anime un atelier photo avec des détenus du centre pénitentiaire de Mayotte dans le but de leur faire réaliser une exposition.

Son thème de prédilection est la photo hors du temps. Celle qui aurait pu être prise il y a 150 ans et qui pourrait être prise dans 150 ans. « Que ce soit un portrait, une scène de vie ou un paysage, c’est l’intemporalité des choses qui attire ma curiosité et a forgé mon œil de photographe. »
Il a contribué à un ouvrage collectif de photographes de renoms à Mayotte : « Mayotte plurielle »